skip to Main Content

HISTOIRE

NOTRE HISTOIRE

En 2013, la Fondation Grace Dart fêtait ses 150 ans. Le développement de la Fondation est lié à deux institutions anglophones d’importance dans l’est de Montréal, soit le Montreal Protestant Home, au bout de la rue Sainte-Catherine Est, et le Grace Dart Hospital, sur la rue Sherbrooke Est, juste en face du métro Cadillac.

Étudier l’évolution de la Fondation Grace Dart, c’est se plonger dans l’histoire du développement de l’aide caritative anglophone à Montréal. Tout commence en 1863, avec la création du Montreal Protestant House of Industry and Refuge. À cette époque, les frères William et Thomas Molson, John Redpath, William Workman, William Murray et d’autres Montréalais influents de l’époque unissent leurs efforts pour offrir de la nourriture, des vêtements et un toit aux citoyens les plus démunis de Montréal.

Plus tard, au début des années 1900, Henry Dart, un pharmacien montréalais, crée le Grace Dart Hospital, en l’honneur de sa fille Grace décédée de la tuberculose. La mission de cet hôpital est de venir en aide aux personnes pauvres atteintes de tuberculose.

L’œuvre caritative de ces grands Montréalais sera modifiée et adaptée au fil des 150 ans de l’organisme pour répondre aux besoins grandissants de la population de la métropole jusqu’à devenir l’actuelle Fondation Grace Dart, dont la mission est de veiller au mieux-être des personnes âgées.

Pour en savoir davantage, n’hésitez pas à consulter le bref historique de l’œuvre de Grace Dart en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Veuillez noter que la Fondation est également responsable des archives historiques du Pavillon Grace Dart et du site de soins prolongés Grace Dart.

Bonne lecture!

En tant que bénévoles, nous sommes les premiers témoins du travail que fait la Fondation pour soutenir les activités et les besoins individuels des résidents. Notre premier réflexe est d’aller chercher l’aide de la Fondation et nous n’avons jamais été déçus. En cette époque de budgets serrés et de contraintes, la Fondation est une bénédiction. La Fondation encourage également le département des loisirs avec le coin café, et les belles décorations sont un cadeau de sa part.

Marjorie Erechuk, bénévole depuis 31 ans

Depuis août 2016, mon mari est résident au Centre de soins prolongés Grace Dart. Je suis sept jours par semaine au Centre. J’ai pu observer que les loisirs ont un impact très positif sur les résidents. Les jours d’activités, que ce soit des jeux, de la musique, ou des chansons, on voit les sourires, les yeux qui s’allument. Les résidents ont hâtent de participer, ils apprennent des nouvelles choses, utilisent des iPads… Pour certains, ce sont de vraies découvertes, pour d’autres, ce sont des amitiés qui se forgent… S.V.P., donnez généreusement à la Fondation Grace Dart pour qu’elle puisse continuer son bon travail.

Victoria Yetman, conjointe d’un résident

Je suis devenue membre du conseil d’administration de la Fondation Grace Dart parce que je voulais contribuer à faire une différence dans les soins prodigués aux personnes âgées fragileset vivant en résidence. Comme je suis psychologue et que j’ai déjà été infirmière en chef à l’Hôpital Royal Victoria et infirmière consultante à la résidence Montclair, j’ai eu l’occasion de travailler avec des patients âgés souffrant d’un manque de soutien, que ce soit sur le plan familial, financier, psychologique, médical ou sur plusieurs de ces plans. Le monde entier est confronté au vieillissement de la population, qui affectera non seulement notre vie au fil des ans, mais aussi l’économie dans son ensemble. Investir dans la santé et le bonheur de la population vieillissante a un impact à la fois social et économique. Heureusement, la Fondation Grace Dart a à cœur le bien-être des personnes âgées et s’efforce de fournir un environnement chaleureux et personnalisé à cette importante population de notre société.

Moira Edwards, membre honorable (posthume)

En mon nom et aux noms des résidents, je tiens à vous remercier pour tout ce que vous faites pour nous. Vous nous offrez ce que le gouvernement ne paie pas, comme la zoothérapie, la musicothérapie et toutes les autres activités que les résidents apprécient.

John Brkich, résident depuis plus de 42 ans et Président du Comité des usagers

AMOUR & BONTÉ

FAIRE DU BIEN, C'EST SI SIMPLE

Back To Top