skip to Main Content

HISTOIRE

Bref historique du Centre de soins prolongés Grace Dart

À ses débuts en 1863, le Centre de soins visait à fournir de la nourriture, des vêtements et un abri aux citoyens les moins fortunés de la ville. Son nom d’origine était « Montreal Protestant House of Industry and Refuge » et il a été connu sous ce nom jusqu’en 1953.

Parmi les hommes d’affaires protestants qui ont entrepris d’aider les plus démunis se trouvaient les frères William et Thomas Molson, John Redpath, William Workman, William Murray et d’autres. Ils souhaitaient créer un refuge pour éviter que les mendiants se retrouvent à la rue de même que fournir de la nourriture, un abri et des vêtements aux démunis.

1863

Thomas Molson décède et lègue sa ferme de Longue Pointe pour permettre la création de la House of Industry and Refuge.
Une loi est adoptée pour incorporer la Montreal Protestant House of Industry and Refuge.
Les fondateurs sollicitent leurs collègues pour amasser des fonds. En septembre, ils ont amassé plus de 70 000 $, en plus de la ferme Molson.
Une aide est immédiatement apportée pour :
1. Mettre en place une soupe populaire laïque dans la ruelle des Fortifications, fournissant ainsi 25 000 litres de soupe.
2. Offrir un refuge, également laïque, pour des séjours d’une nuit permettant d’abriter 6 735 hommes et femmes et de leur fournir un lit, de la nourriture et deux heures de travail.
3. Héberger les pensionnaires qui restent plus longtemps, généralement les personnes âgées fragiles qui sont incapables de s’occuper d’elles-mêmes.
4. Mettre en place un programme d’aide d’urgence pour distribuer de la nourriture, du combustible et des vêtements au domicile des familles pauvres.

1864

Achat d’un terrain au coin de Dorchester et de Bleury et construction d’un refuge, qui restera en activité jusqu’en 1953.

1865

Un accord avec l’Hôpital général de Montréal est établi pour accueillir les patients démunis ayant reçu leur congé. L’Hôpital Général de Montréal fournit des médecins pour le refuge.
Les hommes coupent du bois d’allumage ou effectuent d’autres travaux dans le bâtiment, comme la peinture et l’entretien ménager. Les femmes pensionnaires apprennent à coudre et à broder afin de pouvoir se trouver un emploi.
Ils voulaient une maison de campagne avec de l’air pur, mais la Ferme Molson n’était pas pratique parce qu’elle était située trop loin.

1877

Les administrateurs réexaminent la ferme Molson et décident qu’elle convient aux besoins. La terre s’étend du nord du ruisseau jusqu’à la rue Sherbrooke. Elle mesurait 75 verges de large, ce qui était suffisant pour construire les structures prévues, que nous pouvons encore voir aujourd’hui.

1878

On demande à un architecte de préparer les plans de la maison de campagne. William Workman décède en léguant 20 000 $ pour la construction d’un bâtiment rattaché à la maison de campagne, qui sera nommé « Aile Workman ». Des problèmes avec sa succession causent de nombreux retards.

1885

Des résidents permanents du refuge au centre-ville sont transférés dans les nouveaux bâtiments en juin 1885. La gouverneure générale assiste à l’inauguration officielle le 10 juillet. La ferme continue à produire de la nourriture pour le refuge du centre-ville et le foyer pour personnes âgées.

Un administrateur, James Moore, finance personnellement le « Home for Incurables » situé à côté de l’Aile Workman.

1900

Au tournant du siècle, la Fondation reçoit des dons et des legs de certaines familles, telles que les Dow, les Birks, les Molson et les Redpath, ainsi que de R.B. Angus, Lord Strathcona et Sir William Macdonald.
Au cours du 20e siècle, de nombreux changements dans la société affecteront le Centre, notamment le rôle du gouvernement dans la société, les soins de santé, les régimes de retraite, le bénévolat et la croissance démographique.

1902

On décide de ne pas accepter les résidents atteints de tuberculose. Les administrateurs Jeffrey Burland et George Drummond fondent un institut pour tuberculeux qui est devenu, en 1909, l’Hôpital Royal Edward Chest, aujourd’hui l’Institut thoracique de Montréal, qui fait partie du CUSM.

1907

Henry Dart, un pharmacien, transforme une maison de la rue Saint-Hubert en un petit hôpital pour tuberculeux, nommé en l’honneur de sa fille Grace, décédée des suites de la tuberculose.

1909

L’Hôpital Royal Edward Chest, aujourd’hui l’Institut thoracique de Montréal, qui fait partie du CUSM.

Années 1920

La propriété située au bord de la rivière, au sud de la rue Notre-Dame, est vendue pour 25 000 $.
La Ville exproprie d’autres portions de terrain pour agrandir les rues locales. Le CN acquiert une partie de la terre.

1916

Un bâtiment est construit entre la Maison Moore et l’Aile Workman

1929

Le Home for Incurables ouvre ses portes à côté du Old People’s Home. Il change de nom pour devenir le « Infirmary Home ».

Années 1930

L’hôpital survit à la dépression parce que la province a commencé à à y consacrer un budget annuel de fonctionnement.

1932

Collecte de fonds pour la construction du bâtiment actuel de la rue Sherbrooke, maintenant appelé « pavillon Grace Dart ».

1936

Ouverture du nouveau bâtiment de l’Hôpital Grace Dart, qui est aujourd’hui le pavillon Grace Dart.

1953

Élargissement de la rue Dorchester, obligeant la House of Refuge à être démolie.

1954

La Protestant House of Industry and Refuge change de nom et devient Montreal Protestant Homes.

1958

La Protestant House of Industry and Refuge change de nom et devient Montreal Protestant Homes.

1960

Les nouveaux fonds prévus par la Loi sur les hôpitaux au Québec entraînent la séparation entre les refuges et l’hôpital.

1971

Mise en place de l’assurance maladie et pénurie de médecins.

1973

Des fondations sont créées à la fois à l’Hôpital Grace Dart et aux Montreal Protestant Homes & Hospital. Le Montréal Protestant Hospital devient le Centre de soins de longue durée de Montréal.

1980

Un nouvel espace de physiothérapie et le pavillon Molson sont inaugurés.

Années 1990

Le Centre de soins de longue durée de Montréal et l’Hôpital Grace Dart se dotent d’un conseil d’administration commun.

1999

Les deux centres fusionnent officiellement pour devenir le Centre de soins prolongés Grace Dart.

2005

La Fondation de l’Hôpital Grace Dart et la Fondation des Montreal Protestant Homes fusionnent pour former la Fondation Grace Dart.

2012

Le Centre de soins prolongés Grace Dart est agréé avec une note « exemplaire ».

2013

Aujourd’hui, riche de ses 150 ans d’histoire, le Centre est un établissement public de soins de longue durée de 350 lits qui offre des services principalement à la communauté anglophone.

En tant que bénévoles, nous sommes les premiers témoins du travail que fait la Fondation pour soutenir les activités et les besoins individuels des résidents. Notre premier réflexe est d’aller chercher l’aide de la Fondation et nous n’avons jamais été déçus. En cette époque de budgets serrés et de contraintes, la Fondation est une bénédiction. La Fondation encourage également le département des loisirs avec le coin café, et les belles décorations sont un cadeau de sa part.

Marjorie Erechuk, bénévole depuis 31 ans

Depuis août 2016, mon mari est résident au Centre de soins prolongés Grace Dart. Je suis sept jours par semaine au Centre. J’ai pu observer que les loisirs ont un impact très positif sur les résidents. Les jours d’activités, que ce soit des jeux, de la musique, ou des chansons, on voit les sourires, les yeux qui s’allument. Les résidents ont hâtent de participer, ils apprennent des nouvelles choses, utilisent des iPads… Pour certains, ce sont de vraies découvertes, pour d’autres, ce sont des amitiés qui se forgent… S.V.P., donnez généreusement à la Fondation Grace Dart pour qu’elle puisse continuer son bon travail.

Victoria Yetman, conjointe d’un résident

Je suis devenue membre du conseil d’administration de la Fondation Grace Dart parce que je voulais contribuer à faire une différence dans les soins prodigués aux personnes âgées fragileset vivant en résidence. Comme je suis psychologue et que j’ai déjà été infirmière en chef à l’Hôpital Royal Victoria et infirmière consultante à la résidence Montclair, j’ai eu l’occasion de travailler avec des patients âgés souffrant d’un manque de soutien, que ce soit sur le plan familial, financier, psychologique, médical ou sur plusieurs de ces plans. Le monde entier est confronté au vieillissement de la population, qui affectera non seulement notre vie au fil des ans, mais aussi l’économie dans son ensemble. Investir dans la santé et le bonheur de la population vieillissante a un impact à la fois social et économique. Heureusement, la Fondation Grace Dart a à cœur le bien-être des personnes âgées et s’efforce de fournir un environnement chaleureux et personnalisé à cette importante population de notre société.

Moira Edwards, membre honorable (posthume)

En mon nom et aux noms des résidents, je tiens à vous remercier pour tout ce que vous faites pour nous. Vous nous offrez ce que le gouvernement ne paie pas, comme la zoothérapie, la musicothérapie et toutes les autres activités que les résidents apprécient.

John Brkich, résident depuis plus de 42 ans et Président du Comité des usagers
Back To Top